FANDOM


Bienvenue à la Retraite de BeyModifier

La retraite de Bey est une place forte inaccessible où les Corsaires du Large s’enfuirent lorsque les Marines nationales et les Camarades pirates les ont chassés. C’est une série de forteresses construite sur une petite île au large de Caracas, sous la surveillance des plus impitoyables et dangereux Corsaires de toutes les Caraïbes. Les Espagnols l’ont attaquée. Les Frères de la Côte l’ont assiégée. Mais les défenses de la Retraite de Bey et l’impressionnante flotte Corsaire qui la protègent ont repoussé toute tentative d’incursion.

Alors que les joueurs se préparent à entrer dans la Retraite de Bey, ces défenses viennent d’anéantir une attaque d’envergure et les Corsaires du Large sont partis à la poursuite de leur ennemi en déroute, ne laissant qu’une faible force pour la défense de la forteresse. Il pourrait se passer des années avant qu’une telle opportunité ne se présente à nouveau, mais même ainsi, le bastion Corsaire sera difficile à faire tomber. Le capitaine le plus dangereux de la flotte Corsaire continue de patrouiller dans les eaux à proximité, et sous le commandement d’Aga Irena Ballasteros, les défenses au sol peuvent sans mal réduire en miette un navire puissant.

Aussi exceptionnelle que soit la Retraite de Bey, elle a sa faiblesse, et vous aurez une chance de la découvrir. Vous ne serez pas capable de vous approchez de l’emplacement sans aide et un navire isolé n’a aucune chance de briser ses défenses. Vous aurez besoin d’alliés aussi puissants que vous pour avoir la moindre chance de victoire.


Attentes trompéesModifier

Maintenant, je sais ce que vous vous dîtes. Donjon à explorer, raid WoW, butin à la chaîne, de la piétaille à volonté avant d’arriver au chef, combattre le chef, nettoyage, on recommence, déjà vu ailleurs. Mais heu...

Croyez-moi, ce n’est pas le cas ici, et vous n’avez jamais vu ça ailleurs.

Les groupes de Pirates of the Buning Sea fonctionnent différemment que dans les autres jeux. La plupart des jeux en ligne force chaque joueur à jouer un rôle bien précis qui lui a été assigné intrinsèquement dès sa création. Dans Pirates of the Burning Sea, il n’y a pas nécessairement de classes ou de styles de jeu dont le groupe a absolument besoin pour gagner. Vous n’aurez jamais à refuser quelqu’un dans votre groupe parce ce n’est pas le tank ou un soigneur dont vous avez besoin.

Nous avons tout fait pour nous assurer qu’un groupe de joueurs composé totalement au hasard soit toujours jouable. Un groupe équilibré de six spécialisations différentes a ses avantages, mais il n’a pas le dessus systématiquement sur tout autre groupe. Un groupe de six coriaces, de type défensif, peut survivre à ses ennemis et s’assurer qu’aucun d’entre eux n’est écrasé. Un groupe de six bagarreurs qui font des dégâts peut unir ses efforts et regarder leurs ennemis tomber comme des mouches.

Dans la plupart des cas, ces trois groupes (et les possibilités ne se limitent absolument pas à ces 3 types de groupe) auront une approche totalement différente des même défis. Il n’y a jamais une unique et parfaite stratégie. Toute approche comporte ses dangers, mais ils peuvent être évités en travaillant de concert.

Découvrir comment votre groupe peut s’organiser et gagner est un défi en soi, mais rien qui ne puisse être surmonté avec une bonne communication. Tous les éléments de jeu que nous avons ajoutés à la Retraite de Bey peuvent être surmonté, et même retourné à l’avantage du groupe de la même façon.


Recherche de groupeModifier

Voici une statistique que l’on entend un peu partout : 80% des joueurs de MMORPG préfèrent jouer seul contre l’environnement aux autres styles de jeu. Je ne sais pas d’où sort cette statistique, mais je sais que dans tous les jeux en ligne auxquels j’ai joué, j’ai passé 80% de mon temps à faire des missions seul et à courir tout seul en rond en cherchant les problèmes. Et lorsque je vois quelqu’un d’autre en ligne, c’est généralement ce qu’ils font aussi.

Alors pourquoi faire du contenu dédié aux groupes ? Pourquoi ne pas faire un MMO dans lequel les joueurs peuvent juste vivre dans le même espace comme tout le monde et jouer seul au contenu qui leur tient tant à cœur ? Dans Pirates of the Burning Sea, nous proposons des éléments tels que l’économie et les combats joueur contre joueur pour les gens qui veulent se réunir et apposer leur marque sur le monde. Pourquoi ne pas laisser ceux qui préfèrent le JcE et faire la sourde oreille pour ne faire que des missions et peut être rejoindre un groupe pour des missions de temps en temps pour changer un peu ?

La réponse est plutôt simple. Les jeux en ligne sont d’autant plus solides que les communautés qui y jouent le sont. Je ne parle pas de guildes énormes, mais de chaque individu qui joue au jeu. L’objectif du contenu de groupe est d’encourager les gens à sortir de leur zone bien confortable pour rencontrer d’autres personnes, et former une équipe pour accomplir quelque chose qui est un vrai défi.

C’est ce que l’équipe de choc des Missions Epiques avait en tête lorsque l’idée de la Retraite de Bey leur est venue, notre première mission de groupe avec une réelle envergure. De nombreux joueurs ont fait notre première mission de groupe, « Marée Rouge », et l’ont appréciée. La Retraite de Bey est dans la même veine, mais en bien plus grande, de plus haut niveau et pleine à craquer de défis que les joueurs n’ont jamais rencontré auparavant.


ConclusionModifier

Que nous parlions de JcE, JcJ ou d’économie, les groupes sont forgés par les défis qu’ils rencontrent et leur réussite, en travaillant ensemble pour les surmonter. La Retraite de Bey est basée sur l’idée que nous pouvons offrir aux joueurs beaucoup de plaisir à jouer en groupe en créant des mécanismes de jeu qui récompensent la coordination plus que les compétences individuelles et une grande communication plutôt qu’un équipement supérieur.

Nous voulons que les joueurs explorent ensemble, décident d’une stratégie ensemble, fassent face à l’adversité ensemble et avec un peu de chance triomphent ensemble une fois à l’intérieur de la Retraite de Bey. Nous voulons qu’ils s’amusent ensemble et en ressortent meilleurs qu’ils ne l’étaient avant. Plus que tout, nous voulons qu’ils ressentent l’euphorie d’accomplir quelque chose de difficile ensemble.

Alors quand vous entendrez tonner les canons de John Eldredson, ou le rire sardonique d’Escobar Dezs, ou encore Aga Irenas hurler ses ordres à ses hommes, restez concentré, restez détendu, et souvenez-vous que vous n’êtes pas seul.